Actualités

Balade entre Veules les Roses et Dieppe

Une fin d'après midi du week end de l'ascension avec une visibilité à couper le souffle.

Une grand moment de bonheur 

 

Img 2386Img 2387Img 2381Img 2380Img 2383

Succès pour les journées découverte!

Le public était au rendez-vous pour ces journées découverte 2017 à l'aéroclub de Dieppe.

Le partenariat avec les ailes d'Albatre (ULM) et Air libre Parachutisme s'est trouvé naturellement complémentaire.

Les baptèmes de l'air ont été nombreux, et au sol, petits et grands ont pu profiter des nombreuses animations (expo d'avions et voitures, tombola, restauration, ...).

Grace à tous nos partenaires (Volkswagen, Club Alpine de Dieppe, Ford, Car Denis, Pépinière Bellet, Epicerie Olivier, ...), nombreux ont été les gagnants des tirages au sort.

En bref, une belle fête aéronautique :

 

Capture 26P1330072 2P1330066 2P1330019P1320917 2Img 2316Img 2334Img 2316

 

 

A l'année prochaine!

 

 

J-1 pour les journées découverte

C'est demain et dimanche!

Ouverture à 10h des journées découvertes de l'aéroclub en partenariat avec Air Libre Parachutisme et les Ailes d'Albâtre.

Notre partenaire Volkswagen nous met à disposition cette splendide Coccinelle!

Les navettes entre le centre ville et l'aérodrome seront assurées.

Venez nombreux

Resized img 1600

 

L'aérodrome de Dieppe : voyage dans le temps

Voici quelques photos d'archives de l'aérodrome retrouvé par l'un de nos membres :

Image scre 2

Image scre 4Image scre 3Image scre 1Image screLes photos datent de 1973. On peut y voir le Bristol 170 Superfreighter 32 qui avait été endommagé au Touquet le 11 juin 1969.

 

 

JOURNEES DECOUVERTES les 20 et 21 mai 2017 de 10h à 18h

Entrée libre

Cliquez ici pour plus de détails

Journées découverte du 20 et 21 mai : J-15

L'aéroclub se prépare. Avec ses partenaires de l'aérodrome, c'est l'effervescence pour que ces deux journées soient un succès.

Nous nous mettons en quatre pour accueillir petits et grands et vous faire passer un excellent moment.

Pour les pilotes de passage, une navette gratuite sera à disposition pendant les deux jours pour rejoindre le centre ville de Dieppe :

VENEZ NOMBREUX!

Capture 25

Balade à Guernsey

Vol Dieppe-le Havre-Guernesey le samedi 22/4 

Le but de ce voyage était de mettre en pratique les acquis en anglais, tout en variant les destinations, en découvrant un territoire spécifique en compagnie de pilotes d’un autre club.

La préparation de ce vol a consisté à revoir rapidement les dialogues de base (départ, circuit, sortie, transit, approche, intégration, aterro, taxi et parking) à essayer les life jackets et calculer l’essence à emmener pour refueller sur place (environ 1,20€/l ), au profit du club. 

L’écoute de l’Atis Guernsey par téléphone compléte la révision et nous renseigne sur ce qui nous attend. 

Le matin du départ, rv au club 7h30 pour météo sur le parcours. C’est OVC 500ft au Havre et moyen à Dieppe ; on patiente car l’atis Guernesey indique une amélioration ainsi que nos collègues havrais pour l’estuaire. 

Départ effectif vers 9h30 avec 1500ft et une visi honnéte. Les havrais décollent juste avant notre arrivée pour la douane et 15’ après on enfile les gilets pour le survol maritime (merci Thierry). 

Patrick s’installe aux commandes avec log de nav et tablette (mais on avait le visuel précis sur notre position, suivant la cote, peu au large) Passés sur DVL info qui nous envoie sur Brest info pour qq minutes alors qu’on est presqu’à 10’ de la frontière (1er contact demandé sur les anglo normandes). Le travail à 2 (sqwak , fréquences, radioposition, altitude …) est plus confortable. 

Jersey ctl nous bascule sur Guernsey App qui a notre plan de vol et nous reporte sur Fort le Marchand (appelé north east point sur les doc !!) puis approche agréable à 1500 ft le long de la cote n-ouest n°2 derrière un cirrus, pour une base et une finale calme sur la 09. Le marshaller nous guide au parking et l’agent des douanes contrôle nos identités sur le tarmac. La société de handling ASG se charge de garer l’avion, des formalités de plan de vol retour et douanes, de refueller et de percevoir la taxe avant le retour  (50€ environ !!) ; tout le monde est serviable et efficace avec café et biscuits d’accueil en compagnie des 8 havrais que l’on rejoint, arrivés juste avant nous. 

Débute la séquence touristique avec transfert en bus jusqu’à la « capitale » St Peter port et rv à la maison de Victor Hugo qui a résidé ici en exil (visite guidée en français suite à réservation par Philippe Delebarre, le pilote Havrais qui coordonne les vols anglo- saxons. Bref passage en ville pour casser une croute(il est déjà 15h,heure française et les estomacs réclament..)retour ensuite au terminal pour redécoller pas trop tard (plan de vol 15h Z) car à Dieppe,il y a de la bruine, selon François(quelle logistique !) 

Pour le retour, Matthieu prend le manche et on repart en 09, direct nord de la petite ile sauvage de Sark(pour éviter les arrivées par le point NE) et verticale la minuscule ile de Herm (autre point de report) grand beau temps et montée tranquille vers 2500 pour passer Le Rozel au sud de la zone Flamanville (nos amis havrais sont repartis plus au nord pour contourner le cap de la Hague,….une idée pour la prochaine fois) trajet retour avec les mêmes fréquences et approche directe sur l’estuaire pour la 04 au Havre ; rebelotte pour les douanes et paiement des taxes(2x11€) et, libérés des gilets (confortables) nous redécollons pour Dieppe avec des plafonds vers 1500 et une visi très moyenne ; DVL info nous invite à suivre la côte qui n’est pas bouchée et ça s’améliore en vue de Dieppe ; Débriefing de la journée, (vols, séjour, contacts) tout cela est positif et nous incite à repartir ; 

Au vu de cette expérience, il apparait que, moyennant la météo, les anglo normandes sont des destinations sympas pour une longue journée et que la phraséo de l’examen suffit à maitriser les contacts radio pour voler en sécurité et avec plaisir. 

Un copilote maitrisant aussi l’anglais est un plus pour le cdb 

Avis donc aux amateurs, vers cette zone ou ailleurs 

D’ici , have nice flights & fly safe 

Patrick H, Matthieu V et Michel E 

Capture2 2

Capture1 1

Capture3 1

Capture4Capture5Capture6Capture7Capture11Capture12Capture10

 

BIA, c'est reparti

le 29 avril dernier s'est déroulé la première séance de vol pour les BIA de Pablo Neruda.

François Kowal les accompagnait pour 30min de vol chacun. Après la visite de la plateforme, la présentation de l'avion et le briefing, les lycéens ont pu tester les plaisirs du vol en avion léger.

Que de satisfaction!

Capture 20

Navigation et incertitudes... par A Adam

... ou, « Quand la précision illusoire fait peur » 

Revenons un instant aux fondamentaux, comme lors d’un vol de prorogation : pas de GPS, pas de VOR, ADF ni aide radio électrique quelconque…tout est en panne !

Nous avons tous appris à préparer notre navigation à l’estime en VFR avec la plus extrême rigueur, et nous savons suivre notre route en corrigeant cap et temps estimés, au passage de chaque repère choisi toutes les 10 à 15 minutes.

Capture 17

Nous avons une montre bracelet en bon état, un compas fiable et une carte au 1/500 000 à jour. Nous savons utiliser nos doigts pour y mesurer des temps de vol et les angles sur la carte.

Capture 18

 

 

Nous ne nous laissons plus influencer par les multiples décimales données par nos calculettes ou par nos logiciels de préparation de vols.

Et pourtant…

Notre sécurité passe aussi par la prise en compte des incertitudes communément admises que nous allons rappeler ci-dessous, et, dans l’ordre du vol :

Distance de décollage : calculée + 50% voire impossible sur « sluch(neige fondue) » ou sur terrain mou, ou par température et altitude élevée et avion chargé au maxi.

Consommation de carburant : + 10% si vous avez la main lourde sur le régime « à 75%  de la puissance nominale». Le moteur n’est plus tout neuf.

Quantité de carburant utilisable : - 20 %  en effet, par temps chaud, sur le tarmac, cela distille fort dans les réservoirs. La quantité vaporisée est proportionnelle à la durée d’exposition. N’oublions pas mon plus le risque de fuite par purgeur mal refermé et qui suinte goutte après goutte pendant le vol…quand cela ne s’est pas déjà produit dans le hangar pendant la semaine précédant le vol !

Vitesse propre : - 10%  De quand date le dernier étalonnage de notre badin ? Avons-nous recherché le certificat ? N’y a-t-il pas quelques moustiques accumulés au fond du tube Pitot, dans la première courbe des tuyauteries ? Un avion chargé vole moins vite qu’un avion à moitié vide.

Taux de montée : - 20 % Notre avion n’est plus neuf, il pèse plus lourd que lors de sa sortie d’usine (voir dernière fiche de pesée, le poids du GPS n’y est pas étranger). Un moteur qui a 1800 heures donne un peu moins de chevaux à P Max qu’à 100 heures. Les courbes données sur le manuel de vol ne tiennent pas compte de ces changements…

Vitesse du vent sur le trajet :+/- 30 % Ne confondons pas prévision avec prédiction. La météo n’est pas une science exacte. Elle nous donne une estimation de la situation prévue, pas une certitude (1). Le météorologue n’est pas un dieu ! La carte des vents ne vaut pas une bible !

Direction du vent : +/- 45° Cela peut sembler beaucoup et pourtant, dans certaines situations, le vent change de direction très vite, sans prévenir.

Précision du suivi de cap : +/- 10 ° Nous ne sommes pas un pilote automatique, nous répondons aux questions de nos passagers. La courbe de compensation de compas ne date pas d’hier…de plus, le pôle Nord magnétique se déplace, lentement, d’habitude, sauf cette année ; en 2017, notre piste de Dieppe passera tout de même de 13/31 à 14/32.

Ces chiffres n’ont pas été inventés, ils résultent de ce que l’on trouve dans la littérature.

Ils nous montrent que seule

Pensez-y, c’est bientôt le printemps !

Capture 19

 …retour aux fondamentaux, vous a-t-on dit !

 

(1) Dans les années 90, l’un de mes vénérables instructeurs a terminé un vol de nuit retour de Marseilles vers Deauville en panne sèche, sur bimoteur, suite à des vents contraires beaucoup plus forts que prévus. Pas de blessés, mais, avion pressurisé détruit…un beau Cessna 421 dont ;j’ai gardé une photo de la cellule de survie constituée pas le caisson pressurisé du fuselage. 

 

Alain ADAM 27/02/2017