PPL : et de 2!

Patrick Heestermans a obtenu son PPL. Après Didier Alliard, il est le deuxième de l'année à obtenir son sésame. Félicitations!

Il raconte : 

" Suite à l'obtention de l’examen théorique du PPL le 27 novembre 2013, j’ai atteint en ce début d’année 2015 les conditions de présentation à l’épreuve pratique, malgré les météos d’hiver à Dieppe qui ont dû plusieurs fois nous faire annuler des vols d’instruction.

Rendez-vous est donc fixé au lundi 13 avril 2015 avec Sophie Lecompte, examinatrice près de Rouen et copilote sur A320. Elle m’a préalablement demandé de préparer pour ce test une navigation à destination de Beauvais, puis Albert, avant un retour sur Dieppe.

J’effectue un vol de révision le samedi 11 avril avec mon instructeur, Jean Paul Descousis, nous permettant de réaliser les manœuvres attendues lors du test. L’avion est nettoyé l’après-midi, le dossier de vol est complet, il restera à actualiser la météo le lundi matin.

La météo justement ce lundi 13 avril au matin a décidé de ne pas être de notre côté… La TEMSI, les METAR et TAF confirment la brume et le brouillard sur l’ensemble de la Normandie. La visibilité est inférieure à 1km et le plafond “s’élève” à 200 ft sur Beauvais. Dans l’attente d’une évolution, nous effectuons avec mon examinatrice qui a fait le déplacement, le briefing avant vol qui est le support à des questions sur le dossier météo, le devis de masse et centrage, la gestion carburant, la réglementation des zones survolées,... etc.

Malgré l’espoir d’une amélioration, les conditions météo pour l’après-midi ne seront pas meilleures. Le DR400 FGDET restera cloué au sol aujourd’hui.

P heestermans brouillard

Rendez-vous est donc pris pour le lendemain, mardi 14 avril 2015.

Cette fois-ci le soleil est bien présent, peu de vent et une belle visibilité ! Après réactualisation du briefing avant vol, prise des derniers ATIS, la décision est prise de partir !

Mon examinatrice me laisse réaliser la première branche de la navigation en direction de Beauvais en me laissant comme elle le dit “une paix royale”. Passage radio avec l’approche de Beauvais qui nous demande de nous reporter directement sur le point “N” depuis Neufchâtel afin de laisser l’axe de montée de la piste 30 dégagée. Le contrôle est opérationnel et on nous autorise rapidement au touché sur la piste 22, réservé ce jour à l’aviation légère. Sortie en virage par la gauche pour éviter le survol de la ville et nous voila repartis direction Albert, pour la seconde branche de cette navigation.

En montée vers 3 000 ft, mon examinatrice me dit que nous n’irons finalement pas à Albert, mais que nous devons nous dérouter sur Abbeville ! Je préviens alors le contrôle de Beauvais, qui nous souhaite un bon vol sur Abbeville et nous transmets avec le SIV de Lille.

Je déroule la checklist pour ce déroutement : top, route, altitude, cap, estimée, radio, essence,... et nous voila en route avec un cap 340° et une estimée de 24 min de vol.

 

C’est dans cette branche que mon examinatrice me demande de passer en vol lent, puis de réaliser des décrochages en configuration lisse puis atterrissage.

En vue d’Abbeville nous quittons à la radio Lille pour passer sur la fréquence d’auto-information 123.5 du terrain. Malgré le temps propice aux vols ce jour là, nous somme seuls au dessus du terrain ! De quoi faciliter les manœuvres. Passage verticale terrain, le vent nous donne la piste 02 en service. Après un touch, une PTL et une simulation de panne au décollage après rotation, nous partons au nord du terrain près de la baie de Somme où nous effectuons des exercices de maniabilité.

Au programme: virages à grande inclinaison, approche du décrochage en virage et configuration atterrissage, vol sans visibilité et enfin sortie d’un virage engagé.

Le tout est ponctué de questions diverses : “que faites vous si vous vous apercevez que vous avez dépassé la Vne lors d’une ressource ? Comment gérez-vous une panne de volets après décollage et quelle conséquence sur le vol? ,... etc”. Mon examinatrice n’attendait bien sûr pas de réponse toute faite, mais simplement de faire preuve de réflexion et de pragmatisme face à une situation pouvant se produire à bord.

Le trajet retour sur Dieppe se fait en passant par le Sud du Tréport et en évitant la zone interdite P33 de Penly. C’est sur cette branche que mon examinatrice décide de me couper les gaz et m’annonce que mon moteur vient de s’arrêter: panne en campagne. Ma vitesse de plané affichée, je tourne rapidement et choisi un terrain à proximité d’une route et d’un village, dépourvu d’obstacle. Le terrain étant en face de moi et étant trop haut sur le plan, je décide de finir en PTS. Remise de gaz une fois l’exercice terminé et nous reprenons le vol vers Dieppe.

Quelques minutes plus tard, on me demande de me poser dans les 10 minutes car le soleil se couche et mon niveau carburant est bas : exercice d’interruption volontaire du vol. Je reprends ma checklist et déroule les items , message radio de détresse, 7700 au transpondeur, validation d’un terrain après premier passage, atterrissage de précaution après consignes de sécurité aux passagers,....

L’atterrissage à Dieppe se fera sans volet, après 2h15 de vol. Un passage à la pompe pour refaire le plein de FGDET et nous rentrons l’avion au hangar. C’est à ce moment que mon examinatrice me demande si elle doit ou non me donner le PPL… avant de m’annoncer que j’ai réussi l’épreuve !

Nous effectuons un débriefing du vol avec la présence de Jean-Paul qui est arrivé au club. Je note l’ensemble des remarques constructives qui me serviront pour mes prochains vols en savourant cet instant.

Un grand merci à Jean Paul Descousis pour m’avoir permis de réaliser ce rêve en m’emmenant jusqu’au PPL, en passant par le Brevet de Base, depuis ce premier vol d’août 2012.

Merci aussi à François Kowal qui a également contribué à ma formation théorique et pratique durant ces années.

 

Bon vols à tous à l’aéroclub de Dieppe !"

Patrick Heestermans

BIA 2007 / BB 2014 / PPL 2015